Alzheimer: Quand le placement s’impose

Posted by isabelle on lundi Jan 16, 2012 Under Non classé

Parce que cette maladie neurodégénérative reste hélas évolutive, le patient se retrouve peu à peu dépendant, parfois totalement, de son entourage le plus souvent impuissant et perdu. Le placement en maison de repos et de soins spécialisés devient alors la seule alternative…

Quels sont les signes qui doivent alerter, quels sont ceux qui deviennent incompatibles avec une vie familiale à domicile ? La perte d’autonomie étant très variable d’un individu à l’autre, il apparait cependant clair pour tous que les pertes de mémoire, les troubles du langage, de la compréhension et du comportement sont le lot quotidien des malades d’Alzheimer et de leurs proches. Peu à peu incapable de résoudre des problèmes simples, de reconnaitre des personnes, des lieux pourtant familiers, d’accomplir des tâches routinières, le malade peut aussi devenir par la suite agressif, sujets à des hallucinations, des chutes, des fugues, mettant ainsi sa propre vie en danger et rendant, malgré lui, celle de son entourage tout à fait impossible à gérer.

Chez le malade Alzheimer, des moments de lucidité et d’égarement se succèdent, ce qui complique un peu plus la prise de décision pour les proches, confrontés à de cruels dilemmes.

Des lits spécialisés rares dans le public, assez coûteux dans le privé

C’est pourtant, en derniers recours, et de plus en plus tard, que le placement définitif s’effectue. En Belgique, 70% des malades Alzheimer demeurent chez eux. Les lits spécialisés sont souvent occupés dans les établissements publics, et assez coûteux dans le privé, environ 1800 euros mensuels.

Garantir l’accessibilité financière à tous reste un objectif louable pour les gouvernants belges ou français, mais en pratique c’est loin d’être le cas. Des aides existent, comme l’allocation pour personnes âgées, selon des conditions médicales et de ressources. De nombreuses associations telles que Alzheimer-belgique apportent quotidiennement conseils et orientation aux aidants.

Mieux vaut cependant se rendre sur place afin de vérifier l’ensemble des prestations dispensées par l’établissement ainsi que leur niveau de qualité. Variables, comme partout, d’une maison de repos à l’autre.

7 Responses to “Alzheimer: Quand le placement s’impose”

  1. Vandekerckhove Says:

    Bonjour
    Nous sommes a la recherche d’un etablissement susceptible d’accueilir une dame agée , si possible secteur Leers Toufflers Etampuis ou environnant

  2. admin-mrb Says:

    Bonjour,
    Je viens de vous envoyer un premier formulaire de contact pour cibler votre recherche.
    Merci d’y répondre et un conseiller vous guidera gratuitement.

  3. TRANQUILLIN SYLVIE Says:

    bonjour je suis la fille de mme Remoiville mireile atteinte d alZHEIMER qui est actuellement en ssr mais doit sortir d ici une a deux semaines et elle est deja tres dependantes

  4. admin-mrb Says:

    Bonjour,
    Je viens de vous envoyer un premier formulaire de contact pour cibler votre recherche.
    Merci d’y répondre et un conseiller vous guidera gratuitement.

  5. TRANQUILLIN SYLVIE Says:

    demande faite pour ma maman atteinte d alzheimer et deja tres dependante actuellement placee en ssr pour une a deux semaine je recherche vivement un etablissement ou la placer dans les 30 a 40 km autour de longwy merci d avance

  6. admin-mrb Says:

    Bonjour,
    Je viens de vous envoyer un premier formulaire de contact pour cibler votre recherche.
    Merci d’y répondre et un conseiller vous guidera gratuitement.

  7. Claude M. Says:

    Bonjour,
    Pouvez-vous m’envoyer un formulaire de contact pour ma maman ? Agée de 78 ans, alzheimer, devient très dépendante.
    Je suis de HEM, près de Roubaix ou LIlle.

    Cordialement

Leave a Reply